Réseaux sociaux & Flux

RMB sa on LinkedIn RMB sa on Youtube RMB sa on Slideshare RMB Flux RSS

Sites RMB

www.rmb.be

http://www.rmb.be

Site Officiel RMB contenant les informations importantes sur tous nos supports

Mediavillage

http://www.rmb.be

Toutes les informations concernant nos produits sont disponibles pour nos clients du marché professionnel via la section MediaVillage du site rmb.be.

Mediastore

http://www.rmbmediastore.be

RMB offre des possibilités efficaces á des tarifs adaptés pour les annonceurs régionaux et locaux désirant promouvoir leur activité via la télévision et á la radio.

Reading Corner

mer., aot 10 2016

Commentaires fermés

Cette section comprend différents articles publiés hors RMB sur les tendances de consommations média actuelles.

Bookmark and Share

Baromètres et études

mer., aot 10 2016

Commentaires fermés

Cette section comprend différentes études réalisées par RMB, notamment le CIM Radio et le Baromètre TV, ainsi que des bilans et dossiers spéciaux.

Bookmark and Share

Dossier : Euro Fever

lun., aot 1 2016

Commentaires fermés

Avec 3.739.000 téléspectateurs francophones et la présence des Diables Rouges en quarts de finale, la RTBF nous a fait vivre l’EURO des records.

Pendant un mois, les Belges ont répondu à l’appel du ballon rond et ont vibré en noir, jaune, rouge. En effet, après 16 ans d’absence à la compétition de l’UEFA, les Diables ont enflammé notre pays tout entier. Au Sud, La Une et La Deux ont diffusé la totalité des matchs, de quoi faire grimper les audiences au maximum à défaut du thermomètre.

La meilleure audience revient à la rencontre « Belgique-Italie », avec un total de 1.675.700 téléspectateurs francophones. Quant à la part de marché, elle plafonne à 83 % pour le match qui a opposé les Diables aux Irlandais le 18 juin.

L’événement a largement touché toutes les cibles (sexe, âge, groupes sociaux, etc.). Hommes et femmes se sont rejoints lors de la compétition, principalement lorsque l’équipe de Wilmots faisait partie du show : la part de marché moyenne des 5 matchs des Diables s’élève à 86 % auprès des hommes 18-54 et à 76 % auprès des femmes 18-54.

Coupe du monde ou Coupe d’Europe, les compétitions de football de grande envergure font chavirer les parts d’audience du Sud du pays à l’avantage de la RTBF qui déploie les grands moyens pour couvrir les rencontres. Lors de la dernière World Cup en 2014, comparativement au mois de juin 2013, la part de marché de la RTBF a progressé de + 75 %. En ce mois de juin 2016, par rapport à 2015, le poids de nos deux chaînes publiques s’est alourdi de + 92 %.

En raison des différences en termes de nombre de matchs disputés, d’horaires de diffusion et de participation de notre équipe nationale, la comparaison entre les résultats d’audience de l’Euro et de la World Cup est difficile. En dépit de ces différences à prendre en compte, l’Euro 2016 apparaît néanmoins comme un grand cru : le rating du match moyen dépasse de + 60 % l’audience moyenne des 7 autres dernières compétitions.

Les tournois de football internationaux rencontrent de plus en plus de succès. Même si un grand nombre d’individus aiment se rassembler en dehors de chez eux devant les écrans géants, ces tournois attirent de plus en plus de téléspectateurs devant leur téléviseur. S l’on analyse match par match, à statistiques constantes, la Coupe du monde de 2014 et l’Euro 2016 affichent les meilleures audiences de ces 14 dernières années sur les 15-54 ans. En 2014, le match Belgique-USA a culminé à 32 % de rating. En 2016, le duel Belgique-Italie fait encore plus fort avec 35 % d’audience.

Les retransmissions de football sont une valeur sûre pour toucher un grand nombre d’individus en télévision. De compétition en compétition, la couverture minimale atteint les 56 % auprès des 15-54 ans.
En 2016, plus de 8 francophones sur 10 ont regardé au moins un match de l’Euro.

Découvrez le résumé des 8 dernières grandes compétitions : lire le dossier

Bookmark and Share

Qualimat RTBF

sam., juillet 30 2016

Commentaires fermés

Les chaînes publiques sont populaires :

La marque « RTBF » est puissante et bien présente dans l’esprit des Belges francophones. C’est ce qui ressort de l’analyse des résultats du « Qualimat », étude réalisée chaque année par l’institut TNS Media pour le compte de notre partenaire audiovisuel.

Le « Qualimat RTBF » mesure la perception du public belge francophone à l’égard des chaînes et des genres de programmes Radio et TV. L’étude interroge un échantillon de 1.000 individus représentatif de la population 12+ de Bruxelles et Wallonie. Réalisée depuis 2008, elle permet de suivre les évolutions au travers d’une dizaine de critères évalués (notoriété, satisfaction, originalité, etc…) et d’une trentaine de valeurs véhiculées par la marque RTBF. Voici un premier résumé de l’étude 2014 (clôturée en octobre) sur le thème de la notoriété des chaînes

En savoir plus

Les chaînes publiques combinent satisfaction et originalité :

De manière générale, les chaînes TV et Radio de la RTBF se démarquent dans la manière dont elles répondent aux attentes de leurs publics. Elles figurent aussi parmi les émetteurs qui font preuve de la plus grande originalité par rapport aux programmes proposés par la concurrence. Tels sont les enseignements en provenance d’une seconde analyse tirée du « Qualimat » (*) mené par TNS Media

En savoir plus

La Une, un gage de qualité :

La Une est régulièrement mise à l’honneur pour ses compétences et son habileté à traiter les divers types de contenus. Les téléspectateurs francophones se sont, une fois de plus, exprimés en ce sens dans l’enquête « Qualimat » (*) menée par TNS Media. Dans plus de la moitié des genres télévisés analysés, La Une décroche la première place en termes de « qualité ».

En savoir plus

Qualimat RTBF : les radios de la RTBF se partagent les labels de qualité ! :

Dans l’enquête  » Qualimat  » menée par TNS Media, les auditeurs belges francophones ont exprimé une satisfaction toute particulière à l’égard des radios du service public. Quatre des cinq radios de la RTBF décrochent le titre de la meilleure qualité dans leur spécificité de contenus.

En savoir plus

Bookmark and Share

La radio et le search

mer., juillet 27 2016

Commentaires fermés

But de l’étude:

Intuitivement, on perçoit depuis longtemps que la radio et Internet sont complémentaires : de nombreuses personnes écoutent la radio pendant qu’elles utilisent leur ordinateur ou leur smartphone. La radio possède donc tous les atouts pour aiguiller les auditeurs vers la Toile. Cette complémentarité offre également des opportunités pour les annonceurs; seules manquaient encore des données chiffrées pour étayer cette intuition. L’étude menée conjointement par Google, RMB et la Var vise à combler cette lacune et illustre clairement l’impact positif de la publicité en radio sur les recherches online. La radio et internet, une combinaison qui fonctionne !

Méthodologie:

26 annonceurs ont été sélectionnés sur base de leur part de budget publicitaire consacrée en radio en 2010 (min. de 80% afin de minimiser l’impact des autres médias). Les secteurs représentés étaient multiples : produits de grande consommation, banques, distribution, équipement maison/bureau,… A noter qu’aucun des spots n’avait pour but spécifique de booster les recherches sur Internet, même si certains contenaient un call-to-action manifeste avec mention de l’adresse Internet.

La seconde démarche a été de recenser le nombre de fois où la marque ou l’adresse url de ces annonceurs avaient fait l’objet d’une recherche Google en dehors des périodes de diffusion des spots; ce comptage ayant été également fait durant les périodes d’activité des campagnes. La comparaison de ces deux moyennes a permis de calculer très précisément l’ad boost, c’est-à-dire l’impact d’une campagne publicitaire sur le nombre de recherches.

Principaux résultats :

L’ad boost moyen des 26 marques atteint 33%, avec de grandes différences entre les annonceurs. Ainsi, lorsque le spot renseigne l’adresse du site Internet, les résultats sont doublés ! Il est clair que les annonceurs qui souhaitent diriger les auditeurs vers leur site Internet ont tout intérêt à insérer dans leur spot un call-to-action percutant.

Autre facteur influant : les spots qui intègrent un logo auditif distinctif génèrent davantage d’ad boost; le ‘sonic branding’ jouant ici un rôle essentiel au niveau de la mémorisation.

De même pour les spots courts qui génèrent un ad boost de 62%, alors qu’il n’est ‘que’ de 35% pour les spots de durée moyenne. Cette différence s’explique par le caractère spécifique des spots brefs : en 10’’, le message est obligatoirement limité à la mention de l’adresse Internet. Cela ne signifie pas qu’un spot court marche nécessairement mieux, mais il est suffisant si l’objectif est de générer du trafic vers un site.

Bookmark and Share